Mammoutux
Accueil du site > Tutoriel > Plus de 5 mois de cohabitation avec Windows… sans antivirus !

Plus de 5 mois de cohabitation avec Windows… sans antivirus !

samedi 18 juin 2016, par BruTux

Dans le cadre de mon travail, il me faut utiliser le célèbre tableur de la suite bureautique de Microsoft. Feuilles Excel contenant des formules de calculs assez complexes, mêlant pourcentages et coefficients multiplicateurs, et certaines macros.

Je peux lire et enrichir ces documents grâce à LibreOffice Calc, installé par défaut sur la plupart des distributions Ubuntu, et bien-sûr ré-exploiter ces documents, mais surtout les données qu’ils contiennent, sur mon PC. Mais une fois ces feuilles de calculs modifiées sous LibreOffice, elles deviennent illisibles sous Excel. Et donc inexploitables pour mon correspondant, qui lui est sous Windows

J’ai donc tenté d’utiliser Excel sous Wine (émulateur de logiciels pour Windows, sous Linux/Ubuntu), et le résultat est le même avec ces formules complexes (tout se passe bien pour des feuilles de calculs simples, comme sous LibreOffice d’ailleurs).

J’utilise plusieurs distributions Linux en fonction de mes besoins, et j’avais la chance d’avoir deux PC à la maison. Linux Mint embarque OpenOffice, la suite bureautique gratuite d’Oracle. Je pensais qu’elle proposait une meilleure compatibilité avec le tableur de Microsoft. J’ai donc installé Linux Mint 17 (que je trouve très bien conçu et agréable à l’utilisation). Mais OpenOffice ne m’a pas apporté la solution espérée pour les documents sur-lesquels je travaille.

J’ai donc du vendre mon âme au diable  :-) et à nouveau utiliser un système d’exploitation de Microsoft. Pour la petite histoire, et sans m’étendre sur ma vie privée qui n’intéresse personne ici, je suis devenu « allergique » à Windows depuis un impressionnant et inquiétant piratage subi en avril 2014 (j’ai commis des erreurs, et me suis fait repéré par de vrais « méchants », réellement dangereux). J’ai beaucoup appris, et je pense avoir aussi beaucoup progressé depuis, au niveau sécurité informatique et dans la gestion des traces que je peux laisser sur internet.

Voulant de toutes façons acquérir un troisième micro-ordinateur pour remplacer la vieille tour de mon bureau, dont la carte mère avait lâché quelques mois plus tôt, j’ai trouvé chez mon fournisseur préféré (Le bon Coin :-)) un « vieux » Dual Core 4300 bien entretenu, avec une licence Windows 7 « officielle » (et support DVD pour réinstallation), avec un disque dur en parfait état (aucune erreur) pour 60€ (plus ou moins le prix d’un Windows neuf, en cherchant un peu sur internet). Machine nettement suffisante, à mes yeux, pour faire de la bureautique, et au pire écouter ou lire des vidéos sur Dalymotion & YouTube (1.8 Ghz x2, 2Go de RAM et disque dur de 220 Go ; Windows 7 familiale, 32 bits).

Connaissant mal Windows, j’ai demandé conseil à un ami qui a une parfaite maîtrise des systèmes d’exploitation de Microsoft, en plus d’avoir un cœur énorme et une franchise implacable (je vous recommande son blog : https://theworld-of-solitudeman.blo...). Il m’a expliqué que ce PC ne peut-être utilisé correctement en multi-tâches sous Windows, et qu’il ne faudrait pas trop lui en demander. Mais je ne regrette pas cet achat, il est suffisant pour ce que j’en fait.

J’ai installé EdUbuntu 14.04 LTS 64 bits, en dual-boot derrière Windows, après avoir créer une partition SWAP, mémoire virtuelle sous Linux, pour celles et ceux qui ne connaissent pas (http://urlz.fr/3Kxd), indispensable sur ce type de petite configuration. Et bien-sûr, j’ai créé aussi une partition de données « DATA » chiffrée, dans laquelle je stocke mes documents, les rendant ainsi accessibles depuis les deux OS (Linux peut lire TOUS types de fichiers, mais Windows 7 ignore la partition où est installé Linux, elle est totalement invisible pour lui, et il est incapable de lire la plupart des fichiers Linux). Cette partition DATA me permettrais aussi de récupérer mes données en quelques secondes si l’un des systèmes d’exploitation venait à planter.

Quelles différences de performances, entre les deux systèmes d’exploitation, sur cette machine ?

Sous Windows, je peux travailler sous Excel, avec un fond musical (VLC media player), voir une vidéo, et bien sûr transmettre mes documents via un logiciel de messagerie. Mais, comme me l’a si bien expliqué « Solitudeman », je ne peux vraiment rien lui demander de plus, ça "rame" !

Sous Ubuntu : en plus de pouvoir faire ces deux types de tâches (LibreOffice Writer cette fois, mon traitement de texte préféré), je peux correctement faire des transferts de fichiers (vers une clé USB ou un disque dur externe), gérer le site internet de Mammoutux, utiliser les réseaux sociaux sans ralentissement notable (facebook étant un peu gourmand en ressources systèmes -nettement plus que Twitter en tous cas- pour cette petite configuration, je ne peux pas l’utiliser convenablement sous Windows 7). Ubuntu n’a pas transformé cette machine en « bête de course », mais cet environnement particulièrement léger, permet une utilisation normale de ce PC, qui aurait terminé à la déchetterie s’il n’avait pas trouvé preneur, dixit son vendeur (l’obsolescence programmée et son coût écologique me donnent toujours autant la nauséehttp://urlz.fr/3Kxj) !

« Oui, mais, c’est logique, sous Windows , l’anti-virus ralentit considérablement le système, alors que sous Ubuntu, il n’y a pas d’anti-virus qui tourne en permanence, en arrière plan ! » pourriez-vous penser…

Nous y voilà : je n’ai volontairement pas installé d’anti-virus, j’utilise simplement Windows Defender, installé par défaut.

Je suis bien placé pour croire au bénévolat, mais je pense savoir que la gratuité n’est pas de ce monde. Tout logiciel, toute application dite «  gratuite », qui n’est pas OpenSource (donc pour lequel vous ne pouvez pas vérifier ce qu’il fait réellement, par l’analyse de son code, ou le faire vérifier par un programmeur maîtrisant le langage dans lequel ce logiciel a été écrit) ne peut être considéré comme réellement « gratuit », car, pour la plupart du temps, les conditions générales d’utilisation (CGU), que personne ne lit jamais, stipulent bien, qu’en échange de l’utilisation du dit logiciel, vous l’autorisez à utiliser au moins une partie de vos données de navigation, voire vos données personnelles, qui seront ensuite revendues à leurs partenaires commerciaux (exemple : Avast, AVG, etc http://urlz.fr/3Kxt). Plus de détail ici =>http://rue89.nouvelobs.com/2012/08/....

Google, start-up créée en 1998, devenue depuis la puissante multinationale que l’on connaît aujourd’hui, en est un parfait exemple. Facebook fonctionne de la même manière (en acceptant leurs CGU, vous abandonnez toute propriété intellectuelle de tout ce que vous y publiez : vos photos, vos écrits et données personnelles ; jusqu’au partage de votre carnet de contacts, de votre dossier « photos et vidéos » et de votre géo-localisation sur smartphone !). Je suis d’ailleurs surpris que beaucoup de gens l’ignorent encore aujourd’hui. Mais en y réfléchissant bien, comment Monsieur Zuckerberg a-t-il pu devenir milliardaire, employer plus de 2000 personnes de par le monde, avec un réseau « gratuit » (« vieux » chiffres de 2011 : http://urlz.fr/3KxB, combien sont-ils aujourd’hui ? ; mais ce n’est pas le sujet qui nous intéresse ici) ?

Ça me paraît pourtant assez logique : comment financer un logiciel sans le faire payer ? Le coût de développement et le travail que ça représente, les coûts marketing engendrés pour le faire connaître, tout cela n’est pas gratuit…

Bref, comme j’ai la prétention d’affirmer que je sais utiliser un micro-ordinateur, que je ne visite pas n’importe quel site, que je ne clique jamais sur une pièce jointe avant de l’avoir analysé préalablement, que je suis devenu très méfiant, et que je refuse de payer pour un antivirus pour lequel je ne trouve aucune utilité, et qui de toutes façons, ferait ralentir un micro-ordinateur d’ancienne conception, je me passe allégrement de ce type de logiciel. Je pourrais installer un bon AV comme BitDefender « cracké » ou non, il n’est pas difficile de trouver une licence « détournée » sur internet, mais par conviction personnelle, je tiens à utiliser des logiciels OpenSource gratuits et libres de droit.

Comment faire pour utiliser Windows dans le cadre de son travail, sans AntiVirus, et en toute sécurité ?

- Avoir une navigation professionnelle « responsable » : utiliser des sites connus tels que : Les Pages Jaunes, Société.com, InfoGreffe ou tous les sites étatiques, les sites Web de vos clients, fournisseurs ou partenaires commerciaux, la presse numérique connue, etc ; des sites comme YouTube ou Dalymotion, les réseaux sociaux pour la « récréation ». Et bien-sûr, ne jamais visiter de sites érotiques ou pornographiques, qui sont vraiment les pires pour infecter votre PC sous Windows. Lors d’un achat sur internet, ou abonnement à une NewsLetter, je décoche TOUJOURS, le partage de mes données personnelles aux partenaires commerciaux du site pour leurs publicités : ainsi, je ne reçois jamais de publicité par mail. Si je devais recevoir un mail me demandant de confirmer quoi que ce soit, de la part d’une (fausse) banque, d’une (fausse) administration, je le classerais systématiquement dans mes SPAMS (ou « indésirables »). Aucun service sérieux ne vous demandera de confirmer vos coordonnées bancaires, numéro de téléphone ou toute autre données sensibles par mail : cela se fait toujours sur le site internet, qui est (ou doit être) sécurisé.

- Comme écrit ci-dessus, ne jamais cliquer sur une pièce jointe qui vous est adressée par mail ou en message privé sur un réseau social, avant de l’avoir vraiment observé (à défaut de savoir l’analyser), et redoubler de vigilance si elle provient d’un correspondant non-habituel ou inconnu.

- Je n’accorde aucune confiance aux navigateurs de Microsoft (Internet Explorer est une véritable passoire, ses failles de sécurité sont légions ; je ne connais pas Edge mais refuse de l’utiliser) et aucune confiance non plus à Google Chrome : j’utilise FireFox & Opera, qui sont OpenSource (il y a aussi Chromium, la version OpenSource de Chrome). Une communauté de développeurs vérifient régulièrement leurs codes sources et que leurs politiques de confidentialité et que les CGU ne changent pas.

Afin de protéger mes données personnelles, le moteur de recherche utilisé est DuckDuckGO, que je trouve assez performant (et qui respecte vos données personnelles (http://urlz.fr/3KxX) ou parfois Qwant, moteur de recherche français du même acabit (Cocorico ! :-) ). Afin de bloquer un maximum de publicités, mais surtout de cookies, j’utilise les modules complémentaires AdBlock Plus (préférez toujours l’original -https://adblockplus.org/fr/- à ses copies… elles sont nombreuses), Ghostery, HTTPS Everywhere mais aussi TrafficLight de BitDefender. Cette dernière extension recense les sites internet dit « dangereux », énorme base de données renseignée quotidiennement. Si vous allez sur un site qui a déjà hébergé un virus, un malware, un backdoor ou toute autre cochonnerie numérique, TrafficLight vous prévient et vous demande de confirmer si vous voulez tout de même vous y rendre, ou si vous préférez « revenir en arrière, en toute sécurité ». Il est reconnu comme étant très fiable par de nombreux professionnels.

Je ne conserve jamais l’historique des recherches web ou des sites visités, j’utilise beaucoup les « marque-pages » ou « favoris » pour y revenir plus rapidement. Je ne conserve jamais les mots de passe, ni identifiants de connexion, je trouve nettement plus sûr de les taper à chaque fois (en fait, je les ai enregistré dans un fichier sur ma partition de données (DATA) sécurisée, il me suffit de faire un copier/coller pour éviter de les saisir à chaque fois).

- Je nettoie mon PC avec Ccleaner, afin de supprimer un grand nombre de métadonnées, systématiquement avant de quitter Windows (http://ccleaner.fr.softonic.com/ ). « Oui, mais Ccleaner est gratuit, et plus haut, tu as écris que la gratuité n’existe pas ! »...  :-) Il ne faut pas confondre un service dit « totalement gratuit » avec des versions allégées de logiciels, des versions qui n’embarquent pas toutes les fonctions (versions souvent appelées LITE et parfois « Light »). Les fonctions avancées sont réservées aux versions payantes de ces logiciels ; dans ce cas de figure, la gratuité est pensée pour faire connaître ce logiciel et vous le faire utiliser, dans le but de le rendre indispensable à votre logithèque et dans l’espoir que vous finissiez par acheter la version complète, afin de pouvoir disposer des fonctions les plus performantes ;-).

- Lorsque j’installe un logiciel ou application, je le fais toujours du site officiel du logiciel. Ainsi, j’évite généralement que ne s’installe, sans que je le veuille, une barre de tâche ou de fonction de toutes façons inutile pour moi, et qui n’a rien à voir avec le service convoité, mais qui ralentira mon système, et surtout, qui tentera parfois de récupérer mes données personnelles. Et je regarde bien avant d’accepter : je décoche systématiquement ce type de cochonnerie si elle est cochée par défaut.

- Au moins une fois par mois, je vérifie à l’aide de AdwCleaner (toujours en version gratuite... :-) ) qu’aucune saleté numérique ne s’est installée à mon insu sur ce PC. Cet outil est efficace et puissant => https://adwcleaner.fr.uptodown.com/...

- Je ne suis vraiment pas fan de Microsoft, je tiens à rester maître de mon système et refuse d’en devenir le « produit », alors j’ai bloqué la télémétrie (ou géo-localisation) et tous les mouchards que j’ai trouvé (http://www.wikistrike.com/2015/09...).

Bilan à mi-juin :

Cette machine, que j’ai donc acheté d’occasion en janvier, et que j’utilise chaque jour ouvrés, et parfois même le week-end, ne subi aucun ralentissement depuis que je l’ai totalement réinstallée en janvier. Le système avait l’air sain, mais n’étant pas un spécialiste de Windows, et ne pouvant savoir précisément à quoi il a servi, il était préférable de repartir sur une installation neuve, surtout dans le cadre d’une utilisation professionnelle.

Et pour Windows 10 ?

Microsoft s’ouvrant enfin à Linux, je m’ouvre également à Windows (http://koor.fr/Other/SupportLinuxPr...). J’ai depuis récupéré un Windows 10 pour mon ordinateur portable, qui reste aujourd’hui assez performant (excellente occasion, toujours sur « Le Bon Coin », acheté avec une batterie HS, en connaissance de cause).

J’y travaille lorsque je suis en déplacement, et j’aime aussi passer une heure ou deux, de temps en temps, sur un jeu vidéo, qui me détend après ma journée de 9 à 10 heures de travail. Simulations de courses automobiles et motos, ou arcade, simulateurs de vol et quelques jeux de tirs. Des jeux où je ne passe trop de temps, ce qui m’évite de me faire du « mauvais sang » en pensant au temps « perdu » à jouer, alors que j’aurais pu l’exploiter à des fins utiles : associatives, voire humanitaires.

Pour en revenir à nos OS, mon Windows 10 Pro est paramétré exactement de la même façon que le 7 Familial, toujours sans antivirus, et je n’ai aucun problème non plus.

La confidentialité de ce système d’exploitation, sa façon de collecter et transmettre les données privées est un autre sujet que je n’aborderai pas, n’étant vraiment pas spécialiste de Windows, et de toutes façons, je ne lui confie absolument rien, et j’évite de naviguer sur internet dessus, sauf pour mon travail.

Non, ce que je tenais à écrire ici, c’est le changement de politique très appréciable de la part de Microsoft. J’ai souvent la critique facile envers Microsoft et Apple, je me dois de reconnaître lorsqu’ils font des « efforts » ! Têtu mais jamais borné, je reconnais aujourd’hui que cet OS est très agréable à utiliser, qu’il est assez bien conçu à mon avis.

Mais c’est surtout au niveau de l’installation qu’il est devenu appréciable, pour un utilisateur Linux, qui souhaite faire cohabiter deux systèmes d’exploitation ou plus, sur la même machine. Pour ce faire, il est toujours préférable de préparer son disque dur, de créer préalablement les partitions souhaitées avant de commencer à installer un OS (https://doc.ubuntu-fr.org/tutoriel/...). A chaque fois que j’ai installé un Windows pour quelqu’un, de Windows XP jusqu’à Windows 7 (je n’ai jamais installé Windows 8 ou 8.1, que je déteste par dessus tout), Windows écrasait systématiquement mon système de partition, rendant plus ou moins difficile une installation Linux derrière, en tous cas, me faisant perdre un temps considérable.

Avec Windows Ten, ce temps est révolu !

Vous pouvez créer vos partitions (exemple : Sda1 : Windows 10 - Sda2 : Ubuntu 16.04 LTS - Sda3 : Primtux ou AbulEdu (pour vos enfants) - Sda4 : partition de données (Data) et, toujours en dernier, Sda5 : Linux SWAP (mémoire virtuelle). Windows 10 s’installe là où vous lui demandez, sans écraser ou « toucher » aux autres partitions ! Le fait que Microsoft respecte enfin l’utilisateur sur ce point, qui rappelons-le, est tout de même propriétaire de sa machine :-), est une avancée majeure. Avant W10, si vous deviez réinstaller Windows, comme il écrasait entièrement votre disque dur, vous deviez donc réinstaller vos autres OS derrière. Bien-sûr, avec Gparted, il suffit de sauvegarder votre partition sur un autre disque dur, de copier la partition Linux et de la coller derrière Windows... manipulation aisée sous Linux, impossible avec Windows.

Toutes ces informations n’engagent que moi, auteur de cet article. Je ne suis pas professionnel de l’informatique, mais juste un utilisateur passionné. Je peux écrire des bêtises, commettre des erreurs, alors n’hésitez jamais à me corriger ou à me reprendre. C’est ainsi que je progresse.

Jean-Paul, le Président de Mammoutux, est bien plus compétant que moi, et a d’autres méthodes, différentes des miennes ; il n’a jamais été piraté et n’a jamais de problème informatique. N’hésitez pas à lui demander conseil. Je sais qu’il me rejoint à 100 % sur la question Anti-Virus : si j’ai bonne mémoire, il n’en a jamais installé !

Pour finir : je tiens à préciser que mon ami Solitudeman ne me conseille pas de naviguer sur internet depuis Windows sans anti-virus, pour une autre utilisation que celle décrite dans cet article.

#AntiVirus #AntiMalware #Windows10 #Windows7 #Windows #Microsoft #Linux #Ubuntu #OpenSource

1 Message

  • Bonjour,

    je réagi par rapport à "Microsoft s’ouvre à Linux".

    Je me permets de rappeler que Linux est juste un noyau et non pas un système d’exploitation à part entière. Pour faire un système d’exploitation il faut lui adjoindre bien d’autres projets GNU. https://is.gd/m8XPgD Et encore, le projet GNU n’inclus pas Linux mais un autre noyau GNU Hurd.

    Pour l’instant ce qui tourne sur Windows se sont des projets GNU et projets maison Canonial modifié pour l’occasion. Le noyau Linux n’y est pas. Donc c’est vraiment un abus de langage que de dire "Microsoft s’ouvre à Linux".

    Voilà, en fait pour être tout à fait honnête dans une distribution Linux, il faudrait dire GNU/Linux. Et surtout GNU en premier car on considère que le noyau Linux ne représente peu de code (4, 5 à 6%) à ce que j’ai lu.

    Bien cordialement.